Garachico

PROMENADE HISTORIQUE ET MONUMENTALE

La ville et le port de Garachico, cette ville fondée par le Génois Cristóbal de Ponte en 1496, gardent jalousement les traces de leur passé glorieux riche en grandes bâtisses, en couvents et en églises. En 1980, la ville a reçu des mains du roi d’Espagne Juan Carlos I, la Médaille d’or des Beaux Arts pour le soin apporté à son patrimoine artistique et historique, ainsi qu’à ses rues, ses places et ses jardins. Garachico a reçu d’autres distinctions et d’autres prix nationaux. La ville a également été classée « bien d’intérêt culturel » dans la catégorie « ensemble historique » par le gouvernement des Canaries en mars 1994. L’Unesco étudie actuellement sa candidature comme Patrimoine culturel de l’humanité.
L’itinéraire proposé est le suivant : • Ermitage de San Roque - Ancien couvent de Santo Domingo de Guzmán - Hacienda de El Lamero - Couvent des soeurs de l’ordre de l’Immaculée Conception et des franciscaines (cloîtré) - Demeure de la famille Ponte - Ancien couvent de San Francisco de Asis (Maison de la culture) - Demeure des marquis de la Quinta Roja - Casa de Piedra - Eglise mère de Santa Ana - Parc de l’ancienne Puerta de Tierra - Fort San Miguel.

LE COUVENT DE SANTO DOMINGO / L?ERMITAGE DE SAN ROQUE et LA DEMEURE DES MARQUIS
LE COUVENT DE SANTO DOMINGO / L?ERMITAGE DE SAN ROQUE et LA DEMEURE DES MARQUIS
LE COUVENT DE SANTO DOMINGO DE GUZMAN

Tél. : 922 830 271/922 830 000 (Mairie)

Horaire des visites : du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 16h à 18h

Ce couvent a été fondé par Nicolás Esteban de Ponte y Cuevas en 1601. Il est situé sur une hauteur que l’on peut voir lorsqu’on vient de Icod de los Vinos.

Il se distingue par ses sept balcons qui reposent sur des consoles en forme de bulbe.

L’épisode de la « desamortización de Mendizábal » au XIXe siècle a dépossédé le couvent d’une grande partie de son patrimoine. L’entrée du couvent mène aujourd’hui à l’hôpital - hospice « Hospital residencia de Ancianos ».

L’église a été construite à la place de l’ancien ermitage de San Sebastián et elle a été épargnée par l’éruption volcanique de 1706 du fait de son emplacement privilégié.

La chapelle a été refaite pour pouvoir y accueillir l’Auditorium et le Musée d’art contemporain. 

L’ERMITAGE DE SAN ROQUE

L’ermitage solitaire de San Roque se trouve à l’entrée de la ville sur la route qui vient de Icod de los Vinos.

Il est difficile de savoir à quand remonte ce temple d’une grande simplicité. On sait seulement qu’il a été reconstruit en 1736. Sa façade présente un double campanile et il abrite la statue de San Roque. La vénération de ce saint est liée à la joie de la population d’avoir échappé à une épidémie de peste bubonique qui avait fait rage Garachico pendant cinq ans.

La fête patronale de San Roque, déclarée d’intérêt touristique, est célébrée tous les ans le 16 août.

LA DEMEURE DES MARQUIS DE VILLAFUERTE

Adresse : rue Santo Domingo (près de l’ancien couvent de Santo Domingo)

Il s’agit d’une construction datant du XVIIe siècle dans le pur style canarien qui se distingue pour ses balcons avec ses jalousies et ses fenêtres grillagées. On y conserve des archives historiques intéressantes. 

EL LAMERO / LES ANCIENS MOULINS A EAU / LE COUVENT DES SOEURS DE L´ORDRE DE L´IMMACULEE CONCEPTION
EL LAMERO / LES ANCIENS MOULINS A EAU / LE COUVENT DES SOEURS DE L´ORDRE DE L´IMMACULEE CONCEPTION

LA HACIENDA EL LAMERO

Adresse : près de la rue de Santo Domingo

Les fondateurs de cette propriété appartenaient à la famille Gallegos. La propriété passa ensuite à la famille de El Hoyo. Sa construction remonte à la première moitié du XVIIe siècle mais elle a été partiellement détruite par l’éruption de 1706.Elle présente un joli escalier en pierre et de beaux balcons. Elle possède à l’intérieur une chapelle vouée à San Antonio de Padua, construite en 1633 par Alonso de Ponte y Jiménez.

LES ANCIENS MOULINS A EAU 

Adresse : Av. Marítima. On trouve un autre moulin tout près de la rue de Santo Domingo. Les anciens moulins à eau sont connus sous ce nom car ils marquaient le point final d’un ensemble de bâtiments reliés par un canal d’eau et ils avaient pour fonction d’actionner les pièces des machines. 

LE COUVENT DES SOEURS DE L’ORDRE DE L’IMMACULEE CONCEPTION  

Adresse : rue Estebán de Ponte- Tél. : 922 830 273

Horaire des visites : seule la chapelle peut être visitée.

Ce couvent cloîtré est voué à San Pedro Apóstol et à San Cristóbal. Le premier bâtiment du couvent qui datait de 1643 a été détruit par l’éruption de 1706 et ce qui en restait par un incendie trois ans après.Il fut reconstruit en 1749 grâce à l’évêque Guillén et le nouveau monastère ouvra ses portes la même année. Il se distingue par ses fenêtres à meneaux sur l’un de ses côtés.La chapelle, d’une seule nef et d’inspiration mudéjar, est présidée par la statue de Nuestra Señora de la Concepción, une statue du début du XIXe siècle venue de Séville, qui se trouve dans la niche centrale du retable qui date, lui, de la première moitié du XVIIIe siècle.

On trouve dans le choeur la statue de Nuestra Señora de La Luz qui, d’après la tradition, serait apparue dans le champs de scorie, le Malpaís de Isora (Guía de Isora) en 1570. Cette statue fut vénérée pendant longtemps par à la fois Garachico et Guía de Isora. A voir aussi, la statue de San Diego del Alcalá (XVIIe siècle) du sculpteur Matíanez Montañez.

L´ANCIEN COUVENT DE SAN FRANCISCO DE ASIS ET L´HOTEL DE VILLE DE GARACHICO
L´ANCIEN COUVENT DE SAN FRANCISCO DE ASIS ET L´HOTEL DE VILLE DE GARACHICO

L’ANCIEN COUVENT DE SAN FRANCISCO DE ASIS ET L’HOTEL DE VILLE DE GARACHICO (Maison de la Culture)

Adresse : 922 830 001 - Fax : 922 831 301

Horaire des visites : du lundi au vendredi de 10h à 19h - Le samedi de 10h à 15h

Bibliothèque municipale : du lundi au vendredi de 16h à 18h

Archives municipales : du lundi au vendredi de 9h à 15h

Le couvent et l’église franciscaine de Nuestra Señora de Los Angeles ont été fondés par le génois Cristóbal de Ponte et par Ana de Vergara en 1524. C’est le plus ancien des cinq couvents construits dans la ville.

Le couvent a été récemment restauré par la Direction générales des Beaux Arts. On peut voir sur sa façade deux portails en pierres de taille. Il possède deux cloîtres en bois de pin canarien qui se distinguent par leurs balcons et le travail épuré de gargouilles et de colonnes.

L’église de Nuestra Señora de Los Angeles a une façade élégante et austère et elle est en forme de croix latine. Elle possède une seule nef, bien qu’il y ait une chapelle sur le côté - la chapelle de Veracruz - de même taille. Le sanctuaire présente un plafond à caissons mudéjar. Le retable principal se distingue pour la statue de Nuestra Señora de la Luz, l’une des plus anciennes statues de Garachico, trouvée par un batelier en 1525 sur la côte sud de l’île. 

C’est là que se trouve aujourd’hui la Maison de la culture qui abrite la bibliothèque municipale, les archives municipales, le Musée des sciences naturelles, le Musée d’histoire locale et une salle d’exposition. 

L’hôtel de ville se trouve juste à côté de l’ancien couvent de San Francisco (Maison de la culture) avec ses façades de style néoclassique. On peut admirer à l’intérieur la décoration de sa salle plénière. 

LA DEMEURE DE LA FAMILLE PONTE 

Adresse : rue Estebán de Ponte, 34

Cette demeure a été construite par Cristóbal de Ponte et elle a été reconstruite au XVIIIe siècle. 

Parmi les éléments les plus significatifs de son architecture, il faut citer sa grosse tour qui permettait de surveiller le trafic des bateaux qui entraient dans le port. Cette demeure se distingue aussi pour son fronton avec ses six grandes fenêtres et son escalier en pierre. La demeure conserve de nombreux meubles de valeur, ainsi que de la porcelaine et des peintures datant du XVIIe et du XVIIIe siècle.  

L’ANCIEN COUVENT DE SAN JULIAN 

Adresse : rue Estebán de Ponte, 31 

Horaire des visites : maison appartenant à un particulier 

Cet ancien couvent augustin date du XVIIe siècle et il a été plusieurs fois été dévasté par un incendie. C’était également un collège de latin entre 1640 et jusqu’à sa disparition au XIXe siècle. Cette demeure appartient aujourd’hui à un particulier. 

LA DEMEURE DES MARQUIS DE LA QUINTA ROJA
LA DEMEURE DES MARQUIS DE LA QUINTA ROJA
Adresse : rond point de San Francisco

On ne connaît pas avec précision la date de construction de cette demeure, régentée au XVIIe siècle par le premier marquis Cristóbal de Ponte y Llarena.

La construction actuelle date du XVIIIe siècle car la précédente demeure avait été pratiquement entièrement détruite par l?éruption de 1706. Elle a été reconstruite sur les mêmes plans que la première.

Elle se distingue par ses embrasures en pin canarien et par son Mirador avec ses fenêtres à meneaux mudéjares.

En allant en direction de Los Silos, une fois sorti du centre ville, on trouve dans une zone de bananeraies une grande bâtisse connue sous le nom de la Quinta Roja qui date de la première moitié du XVIIe siècle et qui n?a pas été affectée par l?éruption volcanique. Elle se distingue par son plafond à caissons mudéjar et son petit oratoire datant de 1620, connu sous le nom de l?ermitage de San Cristóbal.

LE PALAIS DES COMTES DE LA GOMERA
LE PALAIS DES COMTES DE LA GOMERA
LE PALAIS DES COMTES DE LA GOMERA (La Casa de Piedra) 

Située en face de la place de La Libertad, la construction de cette grande demeure commença à la fin du XVIe siècle et se termina dans la seconde moitié du XVIIe siècle. 

Ses premiers propriétaires appartenaient à la famille Ponte, mais elle devint ensuite la propriété des comtes de La Gomera avec le mariage des membres de ces deux familles. 

On doit ce palais aux tailleurs de pierre de l’île de la Grande Canarie, Luis et Diego Báez Marichal qui étaient sous les ordres du maître d’oeuvre Antonio Pérez. Elle fut dévastée par l’éruption volcanique de 1706 et elle dut être reconstruite. 

Le premier corps de logis de la façade est toujours en l’état avec son portail central et ses parois aux colonnes corinthiennes, couronnées par des chapiteaux et des frises à la symétrie soignée. Le second corps de logis de la façade et l’intérieur du palais ont été restaurés ces dernières années.

L´EGLISE MERE DE SANTA ANA
L´EGLISE MERE DE SANTA ANA

Tél. : 922 830 244 

Horaire des visites : 

Ce bel édifice religieux a été fondé par Cristóbal de Ponte en 1520 et bien qu’il ait été gravement endommagé par l’éruption volcanique de 1706, on réutilisa ses ciments pour sa reconstruction. 

L’ouvrage en pierres de taille fut achevé en 1541. La façade, très élégante, combine les éléments plateresques avec ceux de la Renaissance. 

L’intérieur se distingue par la distribution harmonieuse des arcs et des colonnes, mais aussi par le plafond à caissons mudéjar. Dans le sanctuaire, un tabernacle du classicisme abrite la statue du sculpteur originaire de Séville Martín de Andújar (première moitié du XVIIe siècle), El Crucificado. De chaque côté du tabernacle, on trouve les statues de Santa Ana, la patronne de Garachico, et de San Joaquín du sculpteur de la Grande Canarie José Luján Pérez (1756-1815). 

La chapelle de Nuestra Señora del Carmen possède un joli retable baroque et une statue de cette vierge datant du XVIIe siècle, vénérée par les pêcheurs. 

La chapelle de Cristo de la Misericordia abrite l’une des statue les plus vénérées de Garachico, un Christ qui vient de Mexico et qui a été réalisé avec de la pâte à maïs par les indiens de Michoacán. Depuis le milieu du XVIIe siècle, des fêtes lustrales sont organisées en son honneur. On peut admirer sur le retable trois peintures du XVIIe siècle. 

A voir également le retable de la chapelle de El Santísimo avec la statue de San Francisco (début du XVIIe) et un ostensoir de procession du XVIe siècle qui vient du couvent de Santa Clara, aujourd’hui disparu. 

LA PLACE DE LA LIBERTAD 

Cette place est composée de jardins et d’un pavillon construit en 1912 qui abrite un kiosque à son rez-de-chaussée. On trouve aussi un monument à la mémoire du Vénézuélien Simon Bolivar, le premier à être dressé en Espagne, que l’on doit au sculpteur Juan Jaén Díaz et qui a été inauguré en 1970. 

Le Venezuela a en effet accueilli de nombreux émigrants de Garachico et cette ville a vu naître un grand nombre des ancêtres des habitants de ce pays sud-américain.

LA PLACE DE JUAN GONZALEZ DE LA TORRE
LA PLACE DE JUAN GONZALEZ DE LA TORRE
LA PLACE DE JUAN GONZALEZ DE LA TORRE (Ancienne "Puerta de Tierra") 

Adresse : à côté du château de San Miguel 

Le parc de l’ancienne Puerta de Tierra a pour antichambre la place de Juan González de la Torre. Cette place a conservé sa structure en pierre qui permettait de mieux contrôler le va-et-vient des passagers et des marchandises dans le port. Elle remonte aux premiers temps du port de Garachico. 

On trouve dans les jardins un ancien pressoir qui appartenaient à la hacienda de San Juan Degollado. Avec le buste de Rafael Alberti, on a créé sur cette place le coin des poètes ("Rincón de los Poetas"). 

L’ERMITAGE DE NUESTRA SEÑORA DE LOS REYES 

Cet ermitage est situé sur les hauteurs de la ville, tout près de la place de Juan Gónzalez de la Torre. Les premières traces écrites de son existence remontent à 1586, mais elle a dû être reconstruite après l’éruption volcanique de 1706. 

On trouve dans cet ermitage tout simple une statue anonyme du XVIIe siècle de Nuestra Señora de los Reyes accompagnée des rois mages, ainsi que plusieurs peintures à l’huile.

LE FORT DE SAN MIGUEL / L´EGLISE DE SAN PEDRO DE DAUTE
LE FORT DE SAN MIGUEL / L´EGLISE DE SAN PEDRO DE DAUTE

LE FORT DE SAN MIGUEL

Adresse : av. de Tomé Cano

Il s’agit d’une forteresse à la base carrée dont la fondation remonte au 25 juillet 1575. C’est en effet à cette date que Philippe II autorisa par décret royal celui qui était alors maire de la ville et qui fut plus tard « regidor » de Tenerife (sorte d’échevin), Fabian Viña Negrón, à en commencer la construction. La porte d’entrée présente plusieurs armoiries : au milieu se trouve le blason principal et le plus joliment sculpté, où apparaissent les armes héraldiques de l’empereur Charles I d’Espagne et V d’Allemagne, qui étaient également celles de son fils Philippe II.

Des expositions d’art y sont parfois organisées. L’intérieur est composé de deux pièces spacieuses avec des voûtes en demi cintre. 

L’EGLISE DE SAN PEDRO DE DAUTE

Adresse : hameau de San Pedro de Daute

Description historique : cet ermitage se trouve en dehors de la ville, dans le hameau de San Pedro de Daute. Pour s’y rendre, il faut emprunter la route qui monte à côté du port. Il s’agit d’un point de vue historique du premier temple de Garachico puisqu’il a été construit à la fin du XVe siècle et qu’il n’a pas été détruit par l’éruption de 1706.L’évêque Arce l’a érigé paroisse en 1514. Elle renferme un statue de San Pedro Apóstol de l’école canarienne ainsi qu’une jolie lampe en argent. 

LE MONUMENT À L’EMIGRANT CANARIEN

Adresse : près du port

Ce monument se trouve près du port dans la zone appelée Risco Partido et aux abords de la route qui mène à Los Silos.Il a été érigé en 1990 par l’association Chicharros Mensajeros. On le doit au sculpteur Fernando Garcíarramos.L’endroit où il se trouve est aussi un magnifique site panoramique qui offre une vue splendide sur la ville et son port et sur la coulée de lave de l’éruption volcanique de 1706.

Tensei Tenmoku
Tensei Tenmoku

Sculpture de l'artiste japonais Kan Yasuda, dont le titre est "Tensei Tenmoku", ou "Porte sans porte", exposée sur l'esplanade du quai des pêcheurs. Cette oeuvre d'art minimaliste en marbre de Carrara, qui s'intègre dans le paysage urbain et marin de la Ville et du Port de Garachico, fut réalisée à la demande du Cabildo Insular de Tenerife et inaugurée en 2002. 

Évaluation:
Votos(s): 10. Resultado: 2.7

Partager